carburant huile de friture
Crédit photo : © Canva
in

De l’huile de friture comme carburant ? Quels véhicules sont concernés ?

Pratique encore illégale en France, un amendement, présenté par le député d’Europe Écologie – Les Verts, Julien Bayou et adopté en ce mois de juillet 2022, pourrait bientôt modifier la législation française.

Selon les élus écologiques, les 170 millions de litres d’huile végétale, utilisées dans la restauration (les friteries principalement), sont encore peu valorisés(seulement 25% sont recyclés) et représentent des déchets encombrants et polluants. L’idée d’autoriser l’utilisation de ce produit comme biocarburant pour faire rouler les voitures est alors bienvenue, d’autant plus que le prix du gazole à la pompe continue d’augmenter et les ressources en pétrole ne sont pas renouvelables et s’épuisent.

Quels sont les véhicules qui peuvent rouler à l’huile de friture ?

La composition des huiles végétales est proche de celle des hydrocarbures, ce qui leur permet d’être utilisables comme carburant pour alimenter les moteurs thermiques. Néanmoins, seuls les moteurs diesels à injection indirecte peuvent fonctionner avec des huiles végétales sans adaptation. Ces voitures, le plus souvent anciennes, ont été mises en circulation avant 2000. Les véhicules plus récents, possédant un moteur à injection directe, nécessitent une modification. Des kits d’adaptation existent et peuvent être installer par des professionnels, mais restent assez chers (plusieurs milliers d’euros).

Utiliser l’huile de friture comme carburant: quels sont les intérêts ?

Intérêt écologique

Les huiles représentent une source d’énergie, comme le pétrole, mais ne proviennent pas des ressources fossiles; Et c’est là tout l’intérêt écologique ! Bien que la combustion des huiles végétales rejette du CO2, ces émissions proviennent de la biomasse végétale, particulièrement de culture de tournesol, et n’engendre donc pas un déstockage du carbone séquestré dans les gisements pétroliers. En réduisant les rejets de CO2 issus de la combustion de pétrole, on limite l’augmentation de la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Par ailleurs, comme le souligne l’amendement, l’utilisation de huile de friture comme carburant n’entre pas en concurrence avec l’alimentation puisqu’elle valorise un déchet, et non pas un produit alimentaire consommable.

Intérêt économique

En mélange avec du gazole ou purs, 10 litres d’huile de friture peuvent fournir 8 litres de carburant après décantation et filtration. Étant actuellement moins chère que le diesel, l’huile de friture permettrait de réaliser quelques économies à la pompe. Par ailleurs, l’utilisation d’huile usagée pour alimenter les anciennes voitures reste une solution simple à mettre en place pour maintenir la circulation des véhicules d’occasion en réduisant les émissions polluantes.

Intérêt pour l’indépendance énergétique de la France

L’utilisation de l’huile de friture pour viser l’indépendance énergétique reste utopique, même si elle peut y contribuer. En France, les véhicules consomment, chaque année, près de 27 millions de tonnes de gazole. Les besoins en carburant ne peuvent pas être couverts uniquement par les circuits de recyclage des huiles de friture. En revanche, l’utilisation de ces huiles périmées paraît intéressante pour alimenter des véhicules agricoles, de collectivités, ou encore de petites centrales thermiques (groupes électrogènes)comme le souligne le président de l’association Roule Ma Frite 66, Alain Vernet dans un entretien réalisé par Autonew.fr

Franck Marcet

Écrit par Franck Marcet

Rédacteur web spécialisé dans l'actualité économique et financière, je suis le rédacteur en chef de Eldoradio.Fr.